L'avenir ne se prévoit pas, il se prépare...

Le philosophe Maurice Blondel nous dit : l’avenir ne se prévoit pas, il se prépare.

La période de crise que nous traversons vient nous le rappeler avec force. Alors que nos prédictions viennent à voler en éclat au contact d’évènements inopinés, nous nous voyons invités à plus de modestie dans nos certitudes et davantage de lâcher-prise dans notre quotidien.

Tirer des leçons de la crise que nous traversons

Face à nos projets ajournés, face à nos plans d’actions caduques, nous voici plus que jamais appelés à devenir agiles et apprenants dans un monde où la complexité des interactions nous empêche de pouvoir anticiper de manière sûre au-delà d’un horizon somme toute assez court.

Dans un tel contexte, que pouvons-nous tirer comme leçon pour l’orientation scolaire et professionnelle ?

L’adaptabilité au cœur de la réussite

D’une part, la conviction que l’agilité va primer sur la planification, que l’adaptation aux réalités de terrain va primer sur les théories bien pensées et que le plus apte à se remettre en cause et à rebondir avec clairvoyance et envie sera le grand gagnant de cette nouvelle ère.

Ainsi, comment pouvons-nous mieux nous préparer à évoluer ? Et comment pouvons-nous mieux accompagner les nouveaux entrants que sont les jeunes, futures recrues de ce nouveau monde ?

Malgré l’instabilité, apprendre très jeune à s’orienter

Cette nouvelle donne, chargée d’instabilité récurrente, vient aussi impacter les jeunes générations. D’une part, parce que leur avenir exigera d’être préparé avec soin pour faciliter leur entrée sur le marché du travail et accroitre leurs chances de réussite. Mais aussi car elle interroge plus largement les démarches que nous leur proposons pour s’orienter.

Alors, comment véritablement les aider à préparer leurs choix d’avenir ?

En leur donnant, non pas des réponses à des questions ponctuelles ou en leur dessinant le contour rassurant d’un chemin bien balisé, mais en les invitant à une réflexion personnelle, en profondeur. Celle-ci doit leur donner la possibilité de construire des repères personnels clairs permettant alors de faire des choix cohérents, quoi qu’il advienne, quelles que soient les contingences.

Ce travail offre au jeune un espace à la fois ouvert et structurant où il peut exprimer ses « intentions » et ses « essentiels » pour demain. Tels sont les principes fondateurs de l’approche CLEDO, proposée aux jeunes ou aux adultes à travers différents parcours d’accompagnement.

Donner du sens à notre contribution

La deuxième leçon que nous pouvons tirer de ce contexte inédit est un probable regain de sens à ce que nous faisons, une nécessaire prise de recul. Il existe déjà un besoin fort de trouver du sens à ce que nous entreprenons. Il n’ira, semble-t-il, qu’en se renforçant.

Toutefois, comme nous le rappelle Antoine de Saint-Exupéry, « ce n’est pas dans l’objet que réside le sens des choses, mais dans la démarche ». Est-ce que travailler dans l’éducation a du sens ? Est-ce que s’engager pour la Nation a du sens ? Chacun entrevoit avec ce qu’il est, ses atouts et ses envies, une manière bien particulière et personnelle d’apporter sa pierre à l’édifice. Voici l’exercice d’une liberté humaine absolument formidable et la manifestation d’une diversité qui ne peut qu’apporter une immense richesse au monde et à la société, surtout si nous nous employons à faire interagir ces complémentarités pour qu’elles œuvrent de concert.

En outre, parions que la crise que nous connaissons amplifiera le désir des uns et des autres de se sentir utile aux autres, de manière concrète et mesurable, à travers des activités quotidiennes. Ainsi, nous pouvons probablement nous attendre à un essor des métiers « vocation », comme dans le domaine du soin, du social ou de la recherche, par exemple.

Heureux sans concession

Enfin, nous pouvons imaginer que se consolidera une tendance déjà largement amorcée à travers l’exigence croissante de bien-être au travail. Tendance portée aujourd’hui avec détermination par ces jeunes désireux de vivre l’instant présent, de se réaliser, de s’épanouir ici et maintenant !

Un épanouissement qui ne concerne bien sûr pas que leur travail. Non, ce serait passer à coté de la vie, la vraie ! Un épanouissement qui envisage la réussite de manière plus large, plus globale et plus entière : être heureux, rien de plus, rien de moins.

Vers plus de sagesse ?

Nul doute, ces changements de paradigme nous amènent à questionner certaines de nos représentations. Mais oserons-nous déplacer les lignes structurantes de notre édifice, revoir certains modèles devenus quelque peu poussiéreux ?

Oserons-nous nous engager avec sérénité dans un monde nouveau, où la réussite professionnelle serait replacée à un rang plus modeste, plus raisonnable peut-être mais surtout, façonnée “par nous” et “pour nous” ?

Telle une invitation à rebattre les cartes de ses priorités et ériger en aspiration ultime l’impérieux désir d’être heureux.

Heureux tout simplement. Heureux plus simplement.

Axelle LARROUMET
Fondatrice du Réseau CLEDO | Orientation Professionnelle et Scolaire
Auteur de “Réussir son Orientation”, ED. Hoblik, 2017
www.cledo.fr
www.cledopro.com

Le philosophe Maurice Blondel nous dit : l’avenir ne se prévoit pas, il se prépare. La période de crise que nous traversons vient nous le rappeler avec force. Alors que nos prédictions viennent à voler en éclat au contact d’évènements inopinés, nous nous voyons invités à plus de modestie dans nos certitudes et davantage de lâcher-prise[...]

    Autres articles